Rechercher

La petite danseuse


Gillian est une fillette de sept ans qui ne peut pas s'asseoir à l'école. Elle se lève continuellement, se laisse distraire, vole avec des pensées et ne suit pas les leçons. Ses professeurs s'inquiètent pour elle, la punissent, la grondent, récompensent les quelques fois où elle est attentive, mais rien. Gillian ne sait pas s'asseoir et ne peut pas être attentive.

Quand elle rentre à la maison, sa mère la punit aussi. Ainsi, non seulement Gillian a-t-elle de mauvaises notes et des punitions à l'école, mais elle en souffre également à la maison.

Un jour, la mère de Gillian est appelée à l'école. La dame, triste comme quelqu'un qui attend une mauvaise nouvelle, lui prend la main et se rend dans la salle d'interrogatoire. Les professeurs parlent de maladie, d'un trouble évident. Peut-être que c'est de l'hyperactivité ou peut-être qu'elle a besoin d'un médicament.

Au cours de l'entretien arrive un vieux professeur qui connaît la petite fille. Il demande à tous les adultes, mère et collègues, de le suivre dans une pièce voisine d'où on peut encore la voir. En partant, il dit à Gillian qu'ils seront bientôt de retour et allume une vieille radio avec de la musique.

Comme la fille est seule dans la pièce, elle se lève immédiatement et commence à se déplacer de haut en bas en poursuivant la musique dans les airs avec ses pieds et son cœur. L'enseignant sourit tandis que les collègues et la mère le regardent entre confusion et compassion, comme on le fait souvent avec les vieux. Alors il dit :

"Vous voyez ? Gillian n'est pas malade, Gillian est danseuse !"

Il recommande à sa mère de l'emmener à un cours de danse et à ses collègues de la faire danser de temps en temps. Elle assiste à son premier cours et lorsqu'elle rentre à la maison, elle dit à sa mère :

"Tout le monde est comme moi, personne ne peut s'asseoir là !"

En 1981, après une carrière de danseuse, ouvrant sa propre académie de danse et recevant une reconnaissance internationale pour son art, Gillian Lynne devient la chorégraphe de la comédie musicale "Cats".

Espérons que tous les enfants « #différents » trouvent des adultes capables de les accueillir pour ce qu'ils sont et non pour ce qui leur manque.

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout